Hygiène Naturelle Infantile – Le Monde

Hygiène Naturelle Infantile – Le Monde

Depuis le 01/12, date de l’interview faite par Florence Amalou, je guette la parution de l’article dans Le Monde.
C’est chose faite aujourd’hui. Et il y a déjà des demandes d’adhésion à la liste francophone suite à cet article (ce qui suit est donc à tempérer…).
Bon, je passe rapidement sur le « une nouvelle technique de la propreté qui arrive tout droit des Etats-Unis« … ben voyons, les Africains et Asiatiques qui pratiquent ont sans doute eux aussi récupéré une technique made in US….
Je n’ai visiblement pas su faire passer l’intérêt (au moins pour moi !) de l’hygiène naturelle infantile (aussi appelée EC, Elimination communication) : ce n’est ni l’économie, ni les molécules chimiques présentes dans les couches jetables qui expliquent mes motivations (même si ce sont des bénéfices secondaires de la pratique) mais plutôt le fait d’avoir choisi d’opter pour ce qu’on pourrait appeler un maternage de proximité (attachment parenting).
C’est peut-être un ressenti qui ne sera pas partagé par d’autres à la lecture de l’article, mais j’ai eu un mouvement de recul en lisant le terme de « papesse », je n’ai pas parlé « d’âge de pierre » mais d’apprentissage de la propreté « à l’ancienne » avec pot à heures fixes etc. (en la matière on aurait peut-être à y gagner à revenir à l’âge de pierre, qui sait ?) et je ne suis pas vraiment ravie de la dernière phrase de l’article, même si elle n’est objectivement pas fausse. Je trouve qu’elle jette un éclairage négatif, insistant sur le fait qu’on ne peut pas discuter ouvertement du fait que l’on répond (ou tente de) aux besoins d’élimination de nos bébés : à cause des préjugés encore trop présents (voir l’article paru dans Le Matin en novembre), parce que je sais que je fais mal et que je me cache ou… ? On le sait pas et c’est bien dommage.
Bof bof.
Et comme je remets ça vendredi, avec une radio canadienne, je suis assez réticente. C’est un exercice difficile, aux suites incertaines et pas forcément satisfaisantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *