Hygiène naturelle en pratique

… on est en hiver, pas question de laisser ma zébrette le derrière à l’air, même pour pratiquer l’hygiène naturelle : il fait trop froid pour ça. Les pantalons de ma princesse sont maintenant trop légers pour la température et la chouette combinaison pressionnée à l’entrejambe (dont je laisse quelques pressions ouvertes) qui est de saison, ben je n’en ai qu’une…

J’ai donc réfléchi à des idées de vêtements pratiques et faciles à enlever (par exemple : baisser un pantalon à taille élastiquée, ça va vite, c’est facile) et je me suis dit que j’allais faire mieux : un pantalon qu’on n’a pas besoin d’enlever :).

J’ai donc pris modèle sur un pantalon qui appartient à son moyen frère et j’ai cousu un pantalon ouvert à l’entrejambe. Un split crotch pant ou chinese pant comme on les appelle sur les sites américains parlant d’elimination communication.

Si j’ai choisi un pantalon un peu plus grand, c’est pour que le modèle soit plus large et que la partie charnue de l’anatomie de de ma chouette ne soit dévoilée que lorsqu’elle est en position accroupie. J’aurais aussi pu prendre un pantalon à elle comme modèle et agrandir la chose mais je n’en ai pas sous la main qui soit facile à copier.

Bon, les jambes sont un peu longues, je crois que je vais les recouper ou, mieux faire un ourlet plus grand que je pourrais défaire quand la demoiselle grandira (ça évitera de refaire un pantalon). Autre évolution possible de la chose : je pourrais toujours coudre l’entrejambe quand il sera devenu inutile qu’elle soit ouverte.

Et là j’ai une autre idée : une salopette du même genre, pour éviter les hauts qui remontent et laissent le ventre à l’air.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *