Archives du mot-clé PZ4

Celui avec le calendrier de l’avant

Ce matin, j’avais un argument de choix pour réveiller le mini zèbre : « bonjour mon doudou, c’est le premier jour des chaussettes… » et hop, il a bondi du lit.

Faut dire que ça faisait un moment que le panneau avec les chaussettes le narguait et qu’il s’impatientait chaque jour du nombre de jours encore restant en novembre avant de pouvoir ouvrir le « calendrier de l’avant ». Même que si ça s’appelle le « calendrier de l’avant », c’est parce que ça aide à compter les jours avant Noël m’a expliqué mon rejeton, les yeux encore tout bouffis et ayant du mal à accommoder… On a un appareil qui fait des photos de ouf en basse lumière, mais même avec le peu de lumière allumée, il avait du mal à ouvrir les yeux, mon moustique :). Ses frères et soeur seront sans doute ravis d’apprendre qu’il n’a pas eu l’ombre d’une pensée pour eux ce matin en décrochant et ouvrant la première chaussette… ça promet pour les rares matins où il ne sera pas seul à la maison 🙂 !

20161120-le-temps-des-chaussettes

Crédits :

Template : 25 Days of Christmas by Sabrina’s Creations – Kit : 25 Days of Christmas by Sabrina’s Creations – Fonts : Jellyka Western Princess, Bernhard Gothic BQ Regular

20161120-attendre-que-decembre-arrive

Crédits :

Template : 25 Days of Christmas by Sabrina’s Creations – Kit : 25 Days of Christmas by Sabrina’s Creations – Fonts : Jellyka Western Princess, Bernhard Gothic BQ Regular

chaussette01
chocolat

J’espère que l’astuce chaussette pour le réveiller marchera tout au long du mois, ou au moins jusqu’aux vacances, parce que je la trouve drôlement pratique…
En attendant, mini était ravi et fait un gros bisou aux grands-parents, arrière-grand-mère et grand-tonton pour les chaussettes et chocolats en tous genres 🙂

Celui avec des cahiers, des couettes et des profs

Je pensais passer ici jeudi soir puis vendredi soir pour raconter la rentrée, enfin, plus précisément, LES rentrées des quatre zèbres parce qu’ils ne sont pas tous rentrés au même endroit ni en même temps, mais mon ordinateur (oui, le tout neuf, qui a coûté super cher et s’est déjà retrouvé trois fois au SAV) était couché sur le dos comme un poisson rouge mort dans son bocal, du coup je me suis contentée de quelques mots et photos sur facebook.

les4

Le plus petit qui commence

C’est mini zébreau qui a inauguré le bal en Grande Section, après sa cinquième nuit consécutive passée dans son lit (équipé désormais d’une tente de lit kura de chez le grand suédois…) à lui (et j’essaie de ne pas crier victoire trop vite, mais quand même, rhaaa, j’apprécie la place la nuit !!).
Plutôt content à l’idée de rencontrer sa nouvelle maîtresse (même s’il la connaît déjà de vue) et absolument ravi à la perspective de ne plus avoir la sieste l’après-midi (même s’il en aura sûrement encore besoin vu ses longues journées de collectivité et l’heure à laquelle  il se lève le matin ) et donc d’avoir désormais DEUX récréations dans la journée.  Son moyen grand frère et sa grande sœur l’ont accompagné et dans la voiture, nous nous sommes dandinés tous ensemble en bougeant bien les bras et en chantant joyeusement le refrain du petit air suivant, là, juste en-dessous… ça nous a valu le regard surpris d’un monsieur dans notre rue (mais bon, je nous crois déjà bien repérés de toutes façons !) qui a aussitôt enchaîné avec un petit dandinement pour accompagner les nôtres 🙂

pz4a pz4b

Arrivés à l’école, un petit bonjour à son ancienne maîtresse qui l’aurait bien je pense accueilli encore une année de plus et hop, nous voilà partis pour la nouvelle salle de classe et la rencontre avec une maîtresse pas prévue… Mini va avoir deux maîtresses : celle prévue et la maîtresse du jeudi qui sera là pour remplacer la maîtresse habituelle qui bénéficie d’une décharge de direction. Il a trouvé son porte-manteau, son étiquette sur la table, est allé l’accrocher, nous a tous dûment bisouillés et est parti jouer. Et nous, avant de définitivement sortir de l’école, on l’a observé à travers la fenêtre côté portail puisque cette année sa classe est visible de l’extérieur :).

pz4c

Et hop, un premier voyage à l’internat

De l’école de mini, nous sommes repassés à la maison chercher la valise et le cartable de PZ2 ainsi que les papiers pour l’internat et nous sommes descendus au lycée pour la réunion d’information.

pz2a
pz2b

A la base, j’avais prévu de zapper cette réunion et d’arriver directement pour l’installation dans les dortoirs, mais je crois que PZ2 avait bien envie de descendre et de mettre un terme au suspense :). Réunion qui ne nous a pas appris grand chose (faut dire que PZ1 est déjà internet depuis deux ans au même endroit) mais nous avons au moins fait acte de présence. Le grand moment est arrivé ensuite : l’installation dans le dortoir ! PZ2 est en chambre solo, au fond du dortoir et lui aussi est en Seconde 4, comme son aîné l’était et comme sa mère y’a pas loin de trente ans (glups :/). Il nous a congédiées, sa sœur et moi aussitôt sa valise ouverte :).

pz2c

Et hop, retour à l’internat

Le grand zèbre, et la zébrette sont venus avec le CTdP et moi pour chercher mini à son école et finalement, mini zèbre a voulu nous accompagner à l’internat… je crois qu’il avait l’espoir de revoir PZ2, ce qui s’est effectivement produit mais pas assez longtemps à son goût.

Zébrette et moi avons été un peu taquines avec PZ1 : le matin, nous avions lorgné sur les listes des dortoirs affichées et constaté que son nom ne se trouvait pas sur la liste du dortoir de terminale, ce qui signifiait à coup sûr que sa demande de chambre en autonomie avait été acceptée… taquines, disais-je, nous lui avons fait croire qu’il serait malheureusement en dortoir… pas longtemps, vu sa mine dépitée à cette annonce.

pz1a

Du coup, il était plutôt content de retrouver les lieux, même si pas complètement enthousiaste à l’idée de cette dernière (mais qui lui paraît longue) année de lycée. Quelques cafouillages de clés plus loin, nous avons accompagné le grand zèbre dans sa chambre (double) à lui, tout seul, loin des autres (sauf des trois autres élèves en autonomie aussi) avant de repartir.

pz1b

Après les garçons, la fille !

Vendredi matin, c’est la zébrette qui est rentrée. En cinquième.

pz3a pz3b pz3c

Pas très heureuse au retour, aussi bien de la classe dans laquelle elle se trouve que de certains de ses enseignants (notamment deux avec lesquels la relation à PZ2 a été comment dire… hmmm… problématique il y a deux ans et encore l’an dernier)… mais bon, on verra bien comment ça se passera avec elle qui n’a pas la même personnalité.

Et voilà… encore une rentrée de passée qui, comme tous les ans, me fait regretter nos non-rentrées et de ne pas pouvoir faire autrement que faire reprendre aux zèbres la route couleur de sable.

books

En matière de regrets, on ne peut pas dire que le fait d’avoir, entre le mois de juin et maintenant, pu constater qu’à l’ère du numérique et de l’informatique, on se retrouve encore avec des livres pesant jusqu’à 850 g chacun (maths et physique-chimie pour PZ1 notamment) à couvrir afin qu’ils ne soient pas trop abîmés dans les cartables (les dos de nos têtes blondes ou brunes, c’est autre chose…) et qu’il faut encore remplir à la main des fiches différentes dans la présentation mais reprenant les mêmes informations (inchangées depuis l’an dernier) pour que la Vie Scolaire, l’Infirmerie etc. puissent y accéder (il y a pourtant de bons logiciels de gestion d’établissement – c’était déjà pas mal y’a 20 ans quand j’étais pionne, je ne peux qu’imaginer que ça a progressé depuis ! – et le parc informatique existe, y’aurait moyen de faire autrement), aide à les (les regrets… je sais, la phrase est longue et pleine de parenthèses 🙂 !) chasser !!

Celui avec les courants

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les vacances ont commencé fort : dès le premier soir, nous sommes allés voir la mer. Enfin, l’océan.

Les (grands) zèbres et leurs complices comparses ont filé à l’eau pour profiter des vagues. Je n’ai pas eu le temps de faire les recommandations d’usage, occupée avec Mini Zébreau tout heureux de redécouvrir le sable, le vent, l’océan. Ils avaient tout de même pour consigne de ne pas aller plus loin que haut jusque-là d’eau (la taille), mais comme il fallait s’y attendre, dans le feu de l’action et des jeux, ils se sont un peu plus éloignés que ce qu’il aurait fallu. Au départ, je ne me suis pas inquiétée, même après avoir constaté que moi-même en me baignant, j’avais eu du mal à rejoindre PZ4 qui se caillait près de son château de sable. Quand PZ2 est revenu près du bord et a confirmé que non, les autres tout là-bas n’étaient plus en train de jouer mais avaient entamé le retour vers le rivage, sans succès… il a illico foncé vers les sauveteurs qui remballaient et qui ont donc déballé board et palmes pour filer à deux secourir nos rejetons en difficulté. Plus de peur que de mal : certains ont fini par réussir à rentrer par leurs propres moyens, les autres ont été ramenés qui par un paddler venu à leur secours, qui par le secouriste sur son board.

Gros rappel des règles de sécurité et apéro sur la plage pour se remettre de nos émotions. Et après avoir presque failli se noyer, zèbres et comparses se sont amusés à s’enterrer…

 groupe pz1Depuis, tout se passe super bien (sous un magnifique soleil) et après une soirée passée sur une saline avant-hier (essai de cueillette de fleur de sel et désalicornage !) nous nous apprêtons à aller à notre premier Fest Noz ce soir 🙂

Celui avec les retrouvailles

Vendredi dernier, en rentrant du boulot, je me suis arrêtée pour tenir une promesse faite au mini zébreau le mercredi où nous sommes allés au lac : lui trouver un ensemble masque + tuba à sa taille (ceux de ses aînés sont vraiment grands pour lui et… sont à ses aînés…). J’ai heureusement trouvé mon bonheur et donc le sien : il était paré pour aller les retrouver chez leurs grands-parents le lendemain.

PZ4-masquetubaSamedi, après un trajet jugé trop long par PZ4, nous avons fini par arriver dans le sud. Sitôt arrivé, sitôt essayé (ou presque).

PZ4-masqueEt puis finalement, en milieu d’après-midi, les messies arrivent de leurs vacances avec Jack Bauer, pour le plus grand bonheur de leur petit frère.

PZ1 PZ2 PZ3 PZ4Dimanche, je suis remontée vers le boulot, laissant les quatre zèbres au soleil, enfin, plus vraisemblablement dans l’eau. Depuis, il s’éclatent : balade en bateau notamment et je gage qu’aujourd’hui ils seront, comme tous les ans, sur le port de Toulon, à manger des glaces en attendant le feu d’artifice pendant que je suis au boulot, à bloguer pour meubler en l’absence de clients :D….

Enregistrer

Celui avec le premier jour des grandes vacances

Je l’annonçais dans un précédent billet : mini zébreau est allé à l’école jusqu’au bout. Jusqu’au bout, ça veut dire jusqu’à hier. Coup de bol, le premier jour des grandes vacances tombe un mercredi. Et le mercredi, je ne travaille pas. J’avais donc promis au zébreau que si le temps le permettait nous irions au lac. Histoire aussi de contrebalancer le fait que le lendemain, il allait se coltiner une journée au boulot avec moi.

Contrairement à d’habitude, le fait d’être en grandes vacances ne l’a pas empêché de dormir jusqu’à tard. A peine un œil ouvert, le voilà qui me demande « il fait beau, hein ? ». Ma promesse n’était pas manifestement tombée dans l’oreille d’un sourd !
Il faisait beau, même si encore un peu frisquet. Sans compter que j’avais prévu de rester à la maison le matin pour prendre livraison d’un colis. Ça a été compliqué de faire attendre un zébre presque aussi impatient de filer au lac qu’il l’avait été d’aller à la vogue. Heureusement, le livreur est arrivé plus tôt que ce que je pensais. Nous avons pu partir dès 11h pour le lac (avec un crochet préalable au supermarché), au grand soulagement du zèbre.

Le zébreau s’en est donné à cœur joie (enfin, après avoir commencé par me dire « je m’ennuie », « je sais pas quoi faire »…) surtout avec Pascal. Pascal, le caméléon gonflable. Oui, le Mini a une grande sœur qui a regardé Raiponce. Inutile de dire qu’il serait bien resté plus longtemps à profiter du lac mais qu’il est reparti super content. Et non, pas uniquement à cause de la glace achetée en repartant 🙂 !
En ce qui me concerne, malgré le fait que je me sois dûment tartinée de crème de protection, je suis rentrée à la maison avec un bon coup de soleil dans le dos et sur l’épaule gauche (ouille !).

20160707-lac01
20160707-lac02
20160707-lac03
20160707-lac04
20160707-lac05
20160707-lac06
20160707-glace

Et pour fêter ce premier jour des grandes vacances, j’ai acheté à Mini son cartable pour la rentrée (la fermeture du sien a définitivement rendu l’âme) :D.

20160707-cartable

Celui avec le zébreau au boulot

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire ici et je le répète à voix haute dès que j’en ai l’occasion : j’ai le bol immense d’avoir un Grand Chef ultra cool qui n’a jamais été autre chose qu’accueillant et soutenant quand j’ai ici ou là appelé en disant que je ne pouvais pas venir au boulot car zébreau – ou moi – était malade et qui a toujours répondu favorablement à mes demandes de jours de congés, me permettant ainsi de suivre ma formation (et non, je ne dis pas ça parce que des fois il me lit ici, mais parce que c’est vrai. Coucou Grand Chef :D).
Autant dire que quand il me demande – rarement – de venir bosser un jour pas prévu dans le planning, il faut vraiment que ça soit impossible pour moi pour que je lui réponde « non »… donc quand il m’a expliqué la semaine dernière être coincé pour le 13 – jour off pour moi pour cause de pas de mode de garde pour mini zébreau vu que 1 – Grands Zèbres en vacances que 2 – son père a piscine formation ce week-end-là – je me suis dit que ça ne rentrait pas tout à fait dans la case impossible et j’ai donc dit banco, anticipant que dans le pire des cas je pourrais toujours emmener le zébreau avec moi au boulot (et non, D. tu as bien d’autres choses à faire que de garder mon bonhomme – au hasard te REPOSER ! – ça ne me serait pas venu à l’idée de te demander, même si je te crois capable de le proposer même en ce moment (<3)).
Bon, en vrai, pour être complètement honnête je craignais un peu que ça ne rentre quand même finalement dans la case vachement casse-pied pour moi et/ou pas cool du tout pour mini… faut dire que les rares fois où il est venu passer la journée au boulot avec moi c’était quand il était malade (et mon maintenant-plus-collègue G. doit encore se souvenir de mon garçon me vomissant dans les mains au moment de partir… non, cet épisode n’a strictement rien à voir avec le fait que ce n’est plus mon collègue) et donc hyper gluon, ce qui n’est pas franchement compatible avec une activité demandant d’être disponible pour les clients. Et puis faut dire aussi que certains matins / soirs ces derniers temps ont été hmmm…. rock ‘n roll et que l’ambiance n’est pas forcément toujours au beau fixe quand mini zèbre est fatigué (j’ai pas dit que je ne comprenais pas le pourquoi, les raisons toussa toussa, mais ça n’enlève rien au fait que ces moments sont hyper durs à vivre, pour lui, pour moi… pour l’ensemble de ceux qui sont là… c’est pas ses aînés, témoins de certains pétages de plombs matinaux récents qui me diront le contraire).
Bref, ça pouvait être jouable mais c’était aussi potentiellement source de grand, immense moment de solitude maternelle (certains clients – qui avaient bien envie de me conseiller une bonne fessée pour qu’on n’en parle plus – se souviennent peut-être de la fois où zébreau était parti en live sur mon lieu de travail…). J’avais donc apporté dans un sac à dos plein de trucs pour occuper la bête le zébreau au boulot, histoire de…
Je sais pas si c’est le fait d’être en vacances, si c’est parce qu’il est un peu plus « grand » que les dernières fois, si c’est la lune qu’est propice ou quoi, mais ce soir, je n’en reviens toujours pas : mister mini a tranquillement regardé des vidéos tout le temps de mon service (oui, bad mother, je sais !). Bon, ok, il a bien réclamé à boire, à manger, à aller faire pipi un certain nombre voire un nombre certain de fois (ah, et puis aussi à regarder « Robocar Poli » mais pas en russe – zébreau a eu une période où il regardait des dessins-animés en russe, ses origines slaves expliquant peut-être cela, d’où les suggestions youtube dans cette langue, sauf que contrairement à la tablette il ne peut pas dire de sa petite voix fluette « ro-bo-car po-li en fran-çais » pour que ça marche sur l’ordi qui n’a pas Cortana (qui doit être blonde de toutes façons car elle ne capte rien)) mais il se trouve que ce samedi a été exceptionnellement calme au boulot (c’était déjà le cas la dernière fois que j’ai bossé le samedi d’ailleurs) et que j’ai pu sans souci verser un n-ième verre de jus de goyave, tartiner de pâté de foie le soixante-douzième pain des fleurs (oui, on mange super équilibré… bad mother, je sais !) et l’emmener pisser autant de fois que rendu nécessaire par les n verres de jus de goyave.
Bon, pour être vraiment complètement honnête jusqu’au bout, une heure avant la fin de mon taf, il a commencé à en avoir marre : il a quitté tout seul le navigateur internet, débranché son casque et… relancé le gestionnaire de session sur le poste qu’il occupait (j’en suis restée bouche ouverte, pourtant, au bout de quatre zèbres, je devrais savoir combien ces petites choses sont observatrices…) et est venu me trouver en me disant qu’il ne savait pas quoi faire. Il a passé le reste de l’heure assis sur le bar avec moi, à essayer de m’attraper pour me faire des bisous baveux entre deux clients (oui, c’était calme à ce point….) et à faire de l’art abstrait avec le tampon du boulot sur les petits feuilles de brouillon recyclées (il a drôlement kiffé le coup du tampon d’ailleurs, et oui Grand Chef, si besoin, je remplacerais l’encreur 🙂 !).
Du coup, quand en sortant enfin il m’a demandé si on pouvait aller au parc, j’ai dit oui avec enthousiasme (pourtant le parc bondé de monde le samedi aprèm centre ville aurait plutôt tendance à me faire fuir en sens inverse). En chemin, il a repéré le manège devant la FNAC (enfin, devant C&A techniquement) et un autre, installé pour les vacances, un peu plus loin. Quelques pas plus loin, sur la Place Grenette, il me dit qu’il a changé d’avis et qu’il ne veut plus aller au parc, qu’il veut me dire un truc à l’oreille parce qu’il a peur que je dise non (j’ai toujours pas compris en quoi le volume sonore de la demande pouvait influer en quoi que ce soit ma réponse, mais bon, visiblement lui, ça le préoccupe).
Bon, Toikimelis tu le vois sans doute venir – comme moi – avec ses gros sabots d’herbivore (enfin, qui mange du pâté de foie quand même)… j’lui ai fait coller son front contre le mien pour essayer de voir si je pouvais être télépathe et je lui ai fièrement annoncé telle Madame Irma en représentation : « hmmmm, tu voudrais aller au manège ? ». Il m’a regardé les yeux écarquillés, genre « waaaah trop forte ma maman ! » (faut en profiter tant que ça dure) et a fait oui avec son petit menton trop mignon.
Et tu sais quoi, Toikimelis ? On est allés au parc ET au manège. Non mais.

En sortant du boulot : le parc
manege
bus

Celui avec le jour J

Hier, c’était le jour J-0 comme l’a annoncé tout excité mini zébreau le matin au réveil, préférant sa version à celle imprimée sur le panneau : Jour J.
Après la classe, les quatre zèbres sont donc partis avec leurs grands-parents, direction… Marne-La-Vallée et le pays de Mickey (donc non, ni l’Espagne ni Saint-Maclou) !
Mini Zébreau n’était encore jamais allé à Disneyland, contrairement à ses trois aînés qui n’en sont pas à leur première virée au pays de la souris géante (dont j’ai été garde du corps en ma folle jeunesse soit dit en passant). Il a été dûment briefé avant le départ sur toutes les attractions (et plus parce que Disneyland, ce n’est pas QUE les manèges, crois-en la fille de prof habituée aux lunettes pédagogiques avec lesquelles regarder le parc !!) et sa maîtresse lui a fait promettre de revenir lundi avec des photos pour tout raconter aux copains.
A priori tout se passe bien si j’en crois les sms reçus de ma progéniture équipée (non, non, ne surtout pas regarder les titres des actualités qui s’affichent sur l’interface metro de mon ordin retrouvé et équipé à nouveau de windows 8.1) et ils semblent bien en profiter – comme prévu – pendant que certains sont au boulot… trozinjuste 🙂 !

jourj

Celui avec le (vrai) compte à rebours

Il y a quelques jours, je t’ai parlé du compte à rebours commencé par les zèbres.

Bon, en fait, faut que je te dise :  Maman Zèbre, elle débloque grave.

Déjà, en décembre elle a réussi à bloquer sa carte bancaire parce que gros blanc sur son code au moment de payer les courses (et c’t’andouille elle est allée au bout des trois essais, hein, sinon c’était pas drôle) et là, ben, elle aurait juré sur la tête des zèbres que les dates indiquées dans le mail du grand-père maternel des zèbres étaient bien celles qu’elle avait reportées dans le calendrier partagé. Sauf que non, elle s’est gourée d’une semaine.

Alors depuis mardi, c’est le mini zébreau tout seul qui s’y colle pour le compte à rebours, le vrai… en attendant de retrouver ses aînés pour reprendre les photos à plusieurs. La destination n’a pas changé 🙂 (et oui, elle a été donnée dans l’un des commentaires… non, ce n’est pas Saint-Maclou, évidemment 🙂 !)

Compte à rebours : J-15 (pour de bon)
Compte à rebours : J-14 (pour de bon)
Compte à rebours : J-13 (pour de bon)

Et Maman Zèbre de son côté, elle promet-jure-crache qu’elle prendra soin d’elle en 2016 parce que quand même, deux bourdes de cet ordre, ça la fait un peu flipper sur son état de santé / fatigue…

Celui avec la journée pourrie

La journée pourrie, dans l’ordre chronologique, ça a commencé hier soir avec l’impossibilité de démarrer mon ordinateur. A force d’essayer des trucs, j’ai ce matin péniblement fini par arriver à afficher une option me proposant de restaurer mon système à un état antérieur, restauration qui n’a servi à rien, en tous cas la première fois. La seconde fois, j’ai pu démarrer windows, en version ultra lente avec un disque dur qui fait des cliquetis comme ces derniers jours. J’ai lancé des copies de mes données, mais pour bon nombre de fichiers j’ai des erreurs de copie pour « contrôle de redondance cyclique » quand les fichiers ne sont carrément pas copiables parce que le « chemin d’accès est inaccessible ». Bref, ça sent le sapin pour mon disque dur interne, j’ai contacté le SAV de Toshiba en ce sens, j’attends de leurs nouvelles. Et je croise les doigts pour qu’entre ce que j’arrive à sauvegarder manuellement et ce que Crashplan a pu sauvegarder je n’aie pas à déplorer trop de pertes ou en tous cas, pas sur des données sensibles (les photos par exemple).

Journée pourrie : mini malade

Ça a continué dans la nuit avec un mini zébreau malade : fiévreux ++, qui tousse, pas bien toussa toussa. Tellement mal en point que j’ai déclaré forfait au boulot (même que mon chef il est *vraiment* super dans ces cas-là) au moins pour la journée et vraisemblablement aussi pour demain parce que le mini zébreau est vraiment pas bien du tout et que je commence à avoir de la fièvre moi aussi et à me sentir nauséeuse :(.

Journée pourrie : il neige

En prime, il neige et ça commence à bien tenir. Journée pourrie, quoi.

Ça ira mieux demain après-demain…

compte à rebours J-14

Celui avec le compte à rebours

Depuis hier, les Zèbres ont commencé un compte à rebours… ils attendent évidemment avec une grande impatience – surtout le mini zébreau pour qui ça sera une (grande) première ! – d’arriver au jour J.
Je me suis quant à moi mise au travail lundi, préparant les petits panneaux de ce compte à rebours avec l’un de mes kits de scrapbooking. Bon, j’ai un peu fait ça à la va vite, mais ça ne rend pas si mal, je trouve.
Pour le moment, seuls les trois plus petits zèbres participent aux photos (leur aîné étant à l’internat) et il y a des grandes chances pour que la semaine prochaine seul le mini figure sur les photos (les grands étant chez Jack Bauer ou à l’internat), mais bon, c’est ainsi et ça reflète notre quotidien.
J’avais initialement l’intention de parler de leur destination mais… je suis au moment où j’écris ces lignes d’humeur taquine ! Je me demande si rien qu’à partir des couleurs des panneaux les Toikimelisent peuvent deviner où leurs grands-parents vont bientôt les emmener tous les quatre ? Bon, forcément, moi je connais la réponse et ça me semble évident, mais peut-être que ça ne l’est pas…
Alors, joueurs ou pas :p ? Si vous avez envie de tenter votre chance et de ne rien gagner – à part toute ma considération – , laissez vos suggestions (ici, dans les commentaires SVP !), je suis curieuse de voir si vous allez trouver :)…

compte à rebours J-15
compte à rebours J-14

PZ4 sur le fauteuil du dentiste

Celui avec le dentiste

Le dentiste, enfin, en l’occurrence c’est LA dentiste, PZ4 connaît, malheureusement. Il a déjà donné l’an dernier pour soigner des caries et il s’y est recollé hier matin pour de nouvelles caries. Le pauvre semble en effet avoir hérité d’un patrimoine génétique pas très heureux en ce qui concerne le bucco-dentaire (mais bon, tant qu’il y voit aussi bien que moi, ça compense ce que j’ai transmis…)… outre une consommation sucrée parfois excessive, le fait qu’il ne puisse pas se brosser les dents le midi (cantine oblige), je me demande aussi si l’allaitement nocturne long n’y est pas également pour quelque chose :/ (je me souviens avoir vu passer ce billet sur les vendredis intellos, faudrait peut-être que j’aille le lire, mais pas envie de culpabiliser au cas où :/).

L’an dernier, à pas encore trois ans, ça s’était admirablement bien passé, dentiste comme assistante ne tarissant pas d’éloges sur le Capitaine Formidable et émettant même le voeux que certains des patients adultes soient aussi coopératifs que mon zébreau (je te dis pas comment elle était trop trop fière de son rejeton, la Maman Zèbre). Pour tout dire, j’avais même scrappé la chose (oui, bon, en fait, non, ça veut pas dire grand chose vu que quand je ne rebossais pas encore à temps plein, je scrappais beaucoup !).

Capitaine formidable
20140910-Capitaine Formidable-L
20140910-Capitaine Formidable-R
Crédits : Kit : Morning Song by Digital Gator Designs – Fonts : Ravie, Roskrift Clean, Passing Notes

Même dentiste cette année (et je la trouve vraiment très très chouette avec les petits, c’est bien pour ça qu’on y est retourné d’ailleurs !), pas le même cabinet (y’a drôlement plus de place dans celui-là !), et mêmes retours enthousiastes que l’an dernier. Dentiste comme assistante étaient impressionnées du calme et de la coopération du zébreau (et tout ceux l’ayant croisé, de la réceptionniste aux collègues dentistes l’ont trouvé trop choupinou :)). Séance un peu longuette pour un petit bonhomme mais au moins tout est fait en une fois et pas besoin de redescendre depuis nos montagnes pour un nouveau passage sur le fauteuil qui monte et qui descend. Cette fois, le zébreau ne s’est pas mordu la lèvre mais en sortant, il n’arrêtait pas de la toucher en disant « hi hi, c’est tout mou » :D.

PZ4 sur le fauteuil du dentiste

Je vais essayer de réveiller le bonhomme un peu plus tôt le matin pour qu’il puisse bien avoir le temps de se brosser les dents avant de partir (mais bon, il se lève déjà à 6h20 :/), on va aussi changer de dentifrice (il est tout ravi d’avoir le même – en version enfant – que PZ1 !) pour que la protection offerte soit meilleure (si j’en crois la dentiste) et croiser les doigts pour que ses dents définitives soient un peu plus résistantes que les dents de lait…

Celui avec le rayon de rentrée

Bon, en fait, en vrai, ça serait plutôt celui SANS le rayon de rentrée (et ça fait maintenant une semaine que je cherche le temps de me poser pour écrire tout ça !)… mais laisse moi tout t’expliquer.
Comme tous les ans, nous avons eu au mois de juin connaissance de la liste des fournitures scolaires pour la rentrée des zébreaux; enfin, de la moitié collégienne des zébreaux. Entre les virées des zèbres chez leurs grands-parents, mon absence de vacances, le départ de PZ1 pour San Francisco on a réussi à caler une matinée pour aller nous occuper début août des fournitures scolaires. Je ne te refais pas le topo de l’an dernier, ni de celle d’avant ni de toutes celles qui ont précédé et qui ont débuté avec l’entrée en 6ème du plus grand des zébreaux : entre les cahiers A4 absolument, les feuilles à petits carreaux, les cahiers au nombre de pages n’existant pas dans le commerce, mon énervement est chaque année renouvelé. Et puis il y a LA matière ou chaque prof tient absolument à SON système et refuse de céder pour adopter celui de son, sa, ses collègue(s), ce qui fait que sur la liste des fournitures on a droit à un « attendre la rentrée ». Et ça, cette année ça voulait dire se retaper le rayon de rentrée sans espoir de pouvoir y aller à un horaire creux puisqu’à ce moment-là, tout le monde a repris le boulot (les autres années, j’étais en congé parental, donc le problème ne se posait pas trop). Bref.
Samedi dernier, le 05 donc, en sortant du boulot (pouvait pas y passer les autres soirs, suis coincée par les impératifs horaires de la garderie périscolaire) je suis donc allée à la grande surface se trouvant sur le chemin du retour à la maison pour faire l’acquisition des dernières fournitures.
Tu te souviens peut-être que la rentrée, pour ceux qui rentraient, c’était le mardi matin, le 01/09.
Alors que les allées de rentrée, oui LES ALLEES, au pluriel, étaient en place depuis la fin du mois de juin, débordant de cartables, trousses, fournitures diverses et variées, quatre petits jours après la rentrée, à un moment où si j’en juge par le nombre de personnes se marchant dessus et l’impossibilité de faire passer un chariot dans l’allée je n’étais pas la seule devant encore acheter des fournitures, il ne restait plus qu’UNE allée sur les rayonnages de laquelle je n’ai trouvé mon bonheur (enfin celui des profs de français des zèbres) que par un coup de bol inespéré : il ne restait plus de cahier 24*32 et encore moins de de 24*32 du bon nombre de pages, les classeurs en rayon n’étaient ni de la bonne taille ni du bon format, plus de protège-cahier non plus.
Me semble que la présence massive des fournitures scolaires devrait être un peu mieux répartie autour de la date de la rentrée et surtout que le retour de l’allée à sa taille normale pourrait attendre au moins la semaine suivant ladite rentrée… mais bon, je suppose qu’il fallait libérer la place pour mettre les décorations d’Halloween.
Pour le coup, l’an prochain, je crois que je prévoirai en même temps que les courses de rentrée à un moment calme dans l’été l’achat si besoin de cahiers ET classeur, le temps perdu et le stress engendré par la foule hystérique à la limite de s’arracher les fournitures des mains valant bien un achat pour rien. A moins que, pour une fois, je ne tente l’achat en ligne : j’ai cru voir passer sur les comptes Facebook de certain(e)s des Toikimelisent de bonnes adresses…. à étudier, j’ai encore une dizaine de mois pour y réfléchir et prendre en compte vos retours à ce sujet !

A part ça, la rentrée s’est bien passée pour les Zèbres et les voilà partis pour une année en 1ère, 3ème, 6ème et MS 🙂

Dans l’ordre de rentrée, ça donnait ça…

PZ3 PZ4 PZ1 PZ2

Celui avec des baudriers

accro2015-01Je t’ai dit dimanche que j’allais te raconter comment les zèbres ont passé leur vendredi après-midi. Bon, vu le titre, tu te doutes que nous sommes retournés à l’accrobranches… ça devient un incontournable estival par chez nous depuis trois ans !
Si j’avais blogué la sortie de 2013, je m’aperçois que je n’ai jamais raconté celle de l’an dernier où je ne m’étais pas contentée d’être spectatrice (et où on y était allés avec des copains, coucou N. et ses kraPuLes 🙂 !).
Cette année, j’ai passé mon tour, trop crevée et craignant du coup de me faire mal et d’être embêtée pour aller bosser… ça tombait bien, j’étais du coup pleinement disponible pour faire des photos, filmer et surtout coacher PZ4 qui, grande première, pouvais cette année participer (quand je pense que la première fois, j’avais été soulagée de la présence des structures gonflables pour l’occuper pendant que ses frères escaladaient 🙂 !).
Comme d’habitude, les zèbres (et le CTDP !!) se harnachent, ils passent au briefing et hop, roule ma poule ou plutôt, grimpe mon zèbre.
Le CTdP a accompagné le mini sur le parcours blanc, un peu gauche avec ses mousquetons le mini, surtout parce que les gants étaient bien trop grands pour lui (d’ailleurs, l’an prochain, on viendra avec des gants pour lui, ceux qui sont sur place ne sont pas du tout adaptés pour les plus petits mains), mais super ravi. Il a arrêté son parcours juste avant le saut à la corde dans le filet (plus tard dans l’après-midi il a refait le parcours blanc, en entier, on a juste porté le zébreau jusqu’à la plate-forme d’après puisqu’il était trop petit pour être attaché à la corde) et je l’ai emmené refaire le parcours du briefing pendant que son père filait s’amuser. Les grands zèbres s’en sont eux aussi donné à coeur joie. PZ1 et Z2 ont accompagné Zébrette pour le circuit noir, mais Zébrette n’a pas passé le cap de la tyrolienne montante et quand elle a voulu y retourner, elle n’a pas pu accéder au circuit parce que seul PZ2 était avec elle (faut dire que même si elle est grande, elle ne l’est pas assez pour arriver à attraper seule certaines cordes pour s’attacher ou se détacher), du coup, grosse frustration :/.
C’est la première année qu’il y a des blessés, certes légers (un T-shirt mort et une épaule bien griffée pour le CTdP, un tibia joliment râpé sur un câble pour PZ2, un doigt amoché pour PZ1 qui n’aurait pas dû se tenir pour le saut de la foi en fin de circuit noir, un genou un peu éraflé pour Zébrette… seul PZ4 n’a rien eu)… j’ai bien fait de m’abstenir je crois ;D.
Nous apprécions tous que les circuits ne restent pas identiques d’une année sur l’autre; les zèbres s’amusent beaucoup à commenter les nouveautés, les changements. Si je n’avais pas tout le temps été avec PZ4 ou occupée à photographier ma progéniture, j’aurais sans doute grandement apprécié l’une des nouveautés de cette année : les hamacs et chaises en tissu suspendues aux arbres (excellente idée !). L’autre très bonne idée de l’année : un parcours pont filet – toboggan accessible aux encore plus petits (sans baudrier donc) et un autre mini parcours avec petite tyrolienne qui permet aux plus jeunes de varier les plaisirs (surtout que le parcours blanc n’est pas forcément complètement accompagnable depuis le sol uniquement, alors que là, oui, pas besoin d’un parent équipé pour superviser ce circuit).
Les grands zèbres vont sans doute y retourner mercredi matin avec Jack Bauer (autant qu’ils profitent de ces derniers jours de liberté avant de reprendre la route couleur de sable pour l’école, pourvu qu’il fasse beau !), PZ4 reparle avec enthousiasme de son après-midi escalade et a hâte d’y retourner (l’an prochain, sans doute).

accro2015-02
accro2015-03
accro2015-04
accro2015-05
accro2015-06
accro2015-07

Celui avec les oiseaux

Oui, ça aurait pu être « celui avec la main qui court » (et ceux des Toikimelisent qui ont vu mon post FB de mercredi auront une vague idée de ce à quoi je fais allusion), mais bon, finalement, je n’ai pas envie d’accorder du temps et de l’intérêt à quelqu’un qui ne mérite ni l’un ni l’autre… donc aujourd’hui, c’est celui avec les oiseaux.

oiseaux02 En 2007 – me semble-t-il (faudrait que je fouille plus attentivement les archives de ce blog ou mes archives photos) – nous avions fait avec d’autres familles une sortie pédagogique non-sco au Parc des Oiseaux. On s’en souvient encore dans la famille zèbre comme une journée qui nous avait laissé sur notre faim puisqu’il pleuvait et que nous n’avions pas pu profiter pleinement du lieu (et donc pas voir le spectacle des oiseaux en vol).
J’avais alors promis aux zèbres qu’on y retournerait un jour…
Normalement, j’aurais dû travailler toute la semaine, du lundi au vendredi, mais un de mes collègues ayant fortement envie d’avoir son week-end, il m’a proposé un petit échange : son week-end contre mon jeudi-vendredi. Finalement, vu que les grands zèbres étaient à la maison avec moi jeudi-vendredi mais pas ce week-end, ça m’a même arrangé de lui rendre ce service puisque ça me permettait de passer deux jours avec les zèbres au lieu de les laisser seuls à la maison pendant que je me rendais au boulot. Du coup, forcément, j’ai fait des plans, histoire de profiter pleinement des derniers jours de vacances ensemble.
C’est ainsi que le parc des oiseaux s’est retrouvé au menu de notre jeudi (mieux vaut tard…).
Cette fois, nous avons eu un temps magnifique : du soleil, pas trop chaud, bref des conditions météo idéales. Grâce au CTdP, j’avais pris soin d’acheter les billets à l’avance sur internet et une fois sur place j’ai été bien heureuse de cet achat anticipé : il y avait une queue monstrueuse à l’entrée, que nous avons allègrement dépassée pour rentrer tout de suite par le couloir réservé à ceux ayant procédé à l’avance à leur achat de billet (lesquels m’ont, cerise sur le gâteau, coûté chacun 1€ de moins que sur place).
Flamands roses, ibis, aras, autruches, colibris… impossible d’énumérer toutes les espèces présentes dans le parc. Nous avons assisté au spectacle le matin, pique-niqué (tout en se dépensant sur les aires de jeux à proximité, enfin, ça c’est pour PZ4…) et continué notre visite. Les zèbres ont même contribué à engraisser les loris à coup de nectar (enfin, sauf PZ4 qui s’est finalement dégonflé, ils venaient vraiment un peu trop près…). Bref, une chouette journée, bien remplie et prélude à un vendredi après-midi plein d’aventures que je te narrerai certainement demain.

oiseaux01
oiseaux03
oiseaux04
oiseaux05
oiseaux06
oiseaux07

Celui avec le toboggan aquatique et les bicornes

La semaine dernière, PZ4 et moi avons accompagné le CTdP non loin de Nevers où il devait poser de la pierre. Ça a vite été plié euh, enfin, cassé (on croirait pas, mais c’est fragile la pierre) dans la matinée du samedi et nous avons ensuite passé l’après-midi à la piscine municipale du coin. Chouette piscine municipale d’ailleurs, avec un bassin de natation, un bassin loisirs et un toboggan aquatique. PZ4 était très motivé, jusqu’à ce qu’il se retrouve en train de faire la queue en bas du toboggan… là, il a renoncé à sa glissade. Son père y est allé et en le voyant arriver en bas du toboggan, le zébreau a fini par se décider.
Je m’attendais à ce qu’il ait un peu peur, mais non, il est arrivé en bas, hilare, ravi et enthousiaste, demandant à y retourner aussi sec (enfin, il était plutôt mouillé quand même). Je n’ai pas compté le nombre de tours de toboggan, ni le nombre de fois où il s’est jeté dans mes bras depuis le bord de la piscine; quel changement depuis notre dernier passage à la piscine municipale de chez nous (juste avant la rentrée des classes ? Je ne sais même plus :/) !
Je pensais avoir pris en photo cette arrivée mémorable en bas du toboggan : mon zébreau se met debout, se déhanche et me tend un pouce triomphalement dressé – pour signifier le plaisir pris à cette descente j’imagine – tout en me faisant un clin d’oeil… mais non, je n’ai pas immortalisé ce pose d’enfer (mais peut-être ai-je filmé ?).

piscine-a piscine-bLe 26 mai 2012, après le défilé des troupes napoléoniennes dans les rues de La Mure (et sous nos fenêtres de l’époque) j’avais, le soir même, emmené les zèbres au bivouac Napoléon à Laffrey. Ils avaient apprécié et en entendant que les participants à cet événement commençaient déjà à préparer leur voyage à Waterloo en 2015, ils s’étaient dit que ça serait sans doute chouette d’y aller eux aussi. PZ2 enthousiaste en avait illico parlé à ses grands-parents…

napoleon-a napoleon-b napoleon-c

(oh punaise, comme ils ont changé mes zèbres depuis cette photo !!)

Ce n’est pas le genre de remarque qu’il faut faire deux fois aux grands-parents, rendez-vous a été pris et trois ans plus tard, mes trois grands zèbres se retrouvent donc à Waterloo pour le bicentenaire de la bataille. Il paraît même qu’ils ont été interviewés par BFMTV :)… pas de photos pour le moment, j’en aurai à leur retour, demain soir.